POURQUOI METTRE FIN A LA VIOLENCE CONTRE LES FEMMES ET LES FILLES ?

Aujourd’hui, la violence à l’égard des femmes et des filles constitue l’une des violations des droits humains les plus répandues, les plus persistantes et les plus dévastatrices dans le monde. Elle demeure également l’une des moins signalées en raison de l’impunité, du silence, de la stigmatisation et du sentiment de honte qui l’entourent.

La violence à l’égard des femmes s’entend comme englobant, sans y être limitée, les formes de violences physiques, sexuelles et psychologiques, telles que :

La violence d’un partenaire intime (coups, violences psychologiques, viol conjugal, féminicide) ;

La violence sexuelle et le harcèlement (viol, actes sexuels forcés, avances sexuelles non désirées, abus sexuels sur enfants, mariage forcé, harcèlement dans la rue, harcèlement criminel, cyber-harcèlement) ;

Le trafic d’êtres humains (esclavage, exploitation sexuelle) ;

La mutilation génitale féminine ;

Le mariage précoce.

La Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, définit la violence à l’égard des femmes comme « tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée.

Les conséquences néfastes de la violence à l’égard des femmes sur le plan psychologique, sexuel et génésique affectent les femmes à tous les stades de leur vie. Par exemple, les désavantages éducatifs précoces constituent non seulement le principal obstacle à la scolarisation universelle et au droit à l’éducation des filles, mais ils sont également responsables de la limitation de l’accès à l’enseignement supérieur et se traduisent par des opportunités limitées pour les femmes sur le marché du travail.

Bien que la violence sexiste puisse toucher n’importe qui, n’importe où, certaines caractéristiques des femmes, ainsi que certains facteurs contextuels, par exemple les crises humanitaires, dont les situations de conflit et d’après-conflit, peuvent accroître la vulnérabilité des femmes face à la violence. Tel est notamment le cas de la crise dans le NOSO qui ne cesse d’augmenter les violences faites aux femmes et aux filles. Celles-ci sont en effet victimes de viols, de sévices physiques, d’humiliation et de dénigrement.

La violence à l’égard des femmes continue d’être un obstacle à la réalisation de l’égalité, au développement, à la paix et à la réalisation des droits fondamentaux des femmes et des filles. Au total, la promesse des objectifs de développement durable (ODD) – ne laisser personne de côté – ne peut être remplie sans mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles.

#Orangezlemonde #16Jours #GénérationÉgalité

Source: onufemmes

Action solidaire

Nous soutenir

Vous souhaitez Soutenir l’ONG dans ses activités, cliquer sur ce bouton
Nous soutenir

Évènements

compteur

Je m’abonne à la Newsletter

Recevez régulièrement l’actualité de
" Horizons Femmes "